Government of Canada / Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Recherche

Règles des Cours fédérales (DORS/98-106)

Règlement à jour 2019-11-19; dernière modification 2019-06-17 Versions antérieures

PARTIE 13Actions en matière d’amirauté (suite)

Actions réelles ou personnelles (suite)

Note marginale :Signification de la déclaration

  •  (1) Sous réserve du paragraphe (2), dans une action réelle, la déclaration est signifiée :

    • a) si l’action vise un navire, une cargaison ou d’autres biens qui se trouvent à bord d’un navire, par apposition d’une copie certifiée conforme de la déclaration sur toute partie bien en évidence du navire;

    • b) si l’action vise une cargaison ou d’autres biens qui ne sont pas à bord d’un navire, par apposition d’une copie certifiée conforme de la déclaration sur la cargaison ou les biens;

    • c) si l’action vise le fret :

      • (i) dans le cas où la cargaison à l’égard de laquelle le fret est dû se trouve à bord d’un navire, par apposition d’une copie certifiée conforme de la déclaration sur toute partie bien en évidence du navire,

      • (ii) dans le cas où la cargaison à l’égard de laquelle le fret est dû n’est pas à bord d’un navire, par apposition d’une copie certifiée conforme de la déclaration sur la cargaison,

      • (iii) dans le cas où l’argent exigible à titre de fret est en la possession d’une personne, par signification à personne à celle-ci;

    • d) si l’action vise le produit d’une vente consigné à la Cour dans une autre instance, par dépôt d’une copie certifiée conforme de la déclaration relative à celle-ci.

  • Note marginale :Signification au responsable

    (2) S’il est impossible d’avoir accès aux biens à l’égard desquels la déclaration doit être signifiée selon le paragraphe (1), celle-ci peut être signifiée à personne à celui qui semble être le responsable des biens.

Note marginale :Défense dans une action réelle

  •  (1) Dans une action réelle, la défense pour le compte du navire ou d’une autre chose cités comme le défendeur ne peut être déposée que par la personne qui prétend en être le propriétaire ou détenir tout autre droit sur ceux-ci.

  • Note marginale :Droit plaidé

    (2) La défense déposée par la personne visée au paragraphe (1) divulgue le droit que celle-ci prétend avoir sur le navire ou la chose.

Saisie

Note marginale :Mandat de saisie de biens

  •  (1) Dans une action réelle, le fonctionnaire désigné peut délivrer un mandat de saisie de biens, établi selon la formule 481, à tout moment après le dépôt de la déclaration.

  • Note marginale :Affidavit

    (2) La partie qui veut obtenir un mandat de saisie de biens dépose un affidavit, intitulé « Affidavit portant demande de mandat », qui contient les renseignements suivants :

    • a) ses nom, adresse et occupation;

    • b) la nature de sa réclamation et le fondement juridique allégué pour justifier la compétence de la Cour d’entendre l’action réelle;

    • c) la mention qu’on n’a pas fait droit à sa réclamation;

    • d) la nature des biens à saisir et, s’il s’agit d’un navire, le nom et la nationalité du navire ainsi que son port d’attache;

    • e) si le mandat est demandé en vertu du paragraphe 43(8) de la Loi à l’égard d’un navire autre que celui contre lequel l’action est intentée, la mention que l’auteur de l’affidavit a des motifs raisonnables de croire que le navire faisant l’objet de la demande de mandat appartient au véritable propriétaire du navire en cause dans l’action.

Note marginale :Signification

  •  (1) Le mandat de saisie de biens, l’Affidavit portant demande de mandat et la déclaration sont signifiés ensembles par le shérif de la manière prévue à la règle 479 et, dès la signification, les biens sont réputés saisis.

  • Note marginale :Preuve de signification

    (2) La preuve de la signification des documents visés au paragraphe (1) est déposée immédiatement après leur signification.

Note marginale :Possession et responsabilité des biens

  •  (1) Sous réserve du paragraphe (2), la possession et la responsabilité des biens saisis aux termes du paragraphe 482(1) ne reviennent pas au shérif mais à la personne qui était en possession des biens immédiatement avant la saisie.

  • Note marginale :Ordonnance de prise de possession

    (2) La Cour peut ordonner au shérif de prendre possession des biens saisis à la condition qu’une partie assume les frais ou honoraires afférents à l’exécution de l’ordonnance et fournisse le cautionnement qu’elle juge suffisant pour en assurer le paiement.

Note marginale :Déplacement interdit

 Aucun des biens saisis aux termes d’un mandat ne peut être déplacé sans l’autorisation de la Cour ou le consentement des parties et des personnes qui ont déposé un caveat.

Garantie d’exécution

Note marginale :Mainlevée

 La Cour peut, sur requête, fixer le montant de la garantie d’exécution à fournir pour obtenir la mainlevée de la saisie de biens.

Note marginale :Forme de la garantie

  •  (1) À moins que les parties n’en conviennent autrement, la garantie d’exécution est sous l’une des formes suivantes :

    • a) un cautionnement d’une banque;

    • b) un cautionnement d’une société de cautionnement autorisée par licence à exercer son activité au Canada ou à fournir des cautionnements de garantie à l’endroit au Canada où l’acte de cautionnement est signé, établi selon la formule 486A;

    • c) un cautionnement établi selon la formule 486A.

  • Note marginale :Préavis de cautionnement maritime

    (2) La partie qui a l’intention de fournir un cautionnement visé aux alinéas (1)b) ou c) signifie et dépose un préavis de cautionnement maritime, établi selon la formule 486B, au moins 24 heures avant de déposer le cautionnement.

  • Note marginale :Avis d’opposition

    (3) Une partie adverse ou la personne qui a déposé un caveat qui n’estime pas suffisant le cautionnement indiqué dans le préavis de cautionnement maritime signifie et dépose un avis d’opposition, établi selon la formule 486C.

  • Note marginale :Questions concernant le cautionnement

    (4) Toute question concernant la nature de la garantie d’exécution ou la suffisance du cautionnement peut être tranchée par le fonctionnaire désigné ou être renvoyée par celui-ci à la Cour.

Mainlevée de la saisie

Note marginale :Mainlevée par le fonctionnaire désigné

  •  (1) Sauf si un caveat a été déposé aux termes du paragraphe 493(2), le fonctionnaire désigné peut délivrer la mainlevée de la saisie de biens, établie selon la formule 487 :

    • a) sur consignation à la Cour de l’un des montants suivants :

      • (i) le montant réclamé,

      • (ii) le montant correspondant à la valeur estimée des biens saisis,

      • (iii) lorsque la cargaison est saisie pour le fret seulement, le montant du fret attesté par affidavit;

    • b) si une garantie d’exécution a été donnée conformément à la règle 485 et aux paragraphes 486(1) et (2) et qu’aucun avis d’opposition fait aux termes du paragraphe 486(3) n’est pendant;

    • c) sur consentement écrit de la partie qui a fait procéder à la saisie des biens;

    • d) sur désistement ou rejet de l’action dans laquelle les biens ont été saisis.

  • Note marginale :Renvoi

    (2) Le fonctionnaire désigné peut déférer toute demande de mainlevée de la saisie visée au paragraphe (1) à un juge ou un protonotaire.

Note marginale :Ordonnance de mainlevée

  •  (1) La Cour peut, sur requête, ordonner la mainlevée de la saisie de biens à tout moment.

  • Note marginale :Saisie en vertu du par. 43(8) de la Loi

    (2) Lorsqu’un navire autre que celui contre lequel l’action est intentée a été saisi en vertu du paragraphe 43(8) de la Loi, le propriétaire ou toute autre personne qui a un droit sur le navire peut présenter une requête à la Cour en vue d’obtenir la mainlevée de la saisie du navire. Si la Cour constate que ce navire n’appartient pas au véritable propriétaire du navire en cause dans l’action, elle ordonne la mainlevée de la saisie du navire sans exiger le dépôt d’un cautionnement.

  • Note marginale :Navire visé aux al. 22(2)a) à c) de la Loi

    (3) À la suite d’une requête présentée aux termes du paragraphe (2), la Cour peut ordonner la mainlevée de la saisie du navire sans exiger le dépôt d’un cautionnement si elle est convaincue que l’action dans le cadre de laquelle le navire a été saisi est d’un type visé à l’un des alinéas 22(2)a) à c) de la Loi.

Note marginale :Prise d’effet de la mainlevée

 La saisie des biens est levée dès signification de la mainlevée au shérif et paiement à celui-ci des honoraires et frais afférents à la saisie ou à la garde des biens.

Vente des biens saisis

Note marginale :Sort des biens saisis

  •  (1) La Cour peut, sur requête, ordonner que les biens saisis, selon le cas :

    • a) soient évalués et vendus, ou soient vendus sans avoir été évalués, soit aux enchères publiques, soit par contrat privé;

    • b) soient mis en vente par des avis publics conformes aux directives données dans l’ordonnance, laquelle peut prescrire notamment :

      • (i) que les offres d’achat doivent être scellées et adressées au shérif,

      • (ii) que les offres d’achat doivent être toutes décachetées au même moment à une audience publique, que les parties doivent être avisées de ce moment et que la vente doit être faite en vertu d’une ordonnance de la Cour rendue à cette occasion ou après que les parties ont eu l’occasion de se faire entendre,

      • (iii) qu’il n’est pas obligatoire de vendre les biens au plus haut enchérisseur ou autre enchérisseur,

      • (iv) que, après l’ouverture des offres d’achat et audition des parties, s’il y a un doute sur la justesse du prix offert, le montant de l’offre la plus élevée doit être communiqué aux autres personnes qui ont fait des offres ou à une autre classe de personnes, ou d’autres dispositions doivent être prises pour qu’on obtienne une offre plus élevée;

    • c) soient vendus sans préavis de vente;

    • d) soient vendus, sous réserve des conditions précisées dans l’ordonnance ou de l’approbation subséquente de la Cour, par l’entremise d’un agent ou courtier rémunéré au taux fixé dans l’ordonnance;

    • e) fassent l’objet de mesures assurant leur sécurité et leur conservation;

    • f) s’ils perdent de leur valeur, soient vendus immédiatement;

    • g) s’ils sont à bord d’un navire, en soient enlevés ou déchargés;

    • h) s’ils sont de nature périssable, soient aliénés de la manière qu’elle ordonne;

    • i) soient examinés aux termes de la règle 249.

  • Note marginale :Commission

    (2) L’évaluation et la vente de biens s’effectuent en vertu d’une commission adressée au shérif selon la formule 490.

  • Note marginale :Produit de la vente

    (3) Les biens vendus aux termes du paragraphe (1) sont libres de toute charge imposée selon le droit maritime canadien.

  • Note marginale :Exécution de la commission

    (4) Dès que possible après l’exécution d’une commission visée au paragraphe (2), le shérif :

    • a) dépose celle-ci avec un procès-verbal expliquant la façon dont elle a été exécutée;

    • b) consigne à la Cour le produit de la vente;

    • c) dépose ses comptes et justificatifs à l’appui.

  • Note marginale :Taxation des comptes du shérif

    (5) Un officier taxateur taxe les comptes du shérif et fait rapport du montant qui, selon lui, devrait être accordé.

  • Note marginale :Audience

    (6) Toute partie ou toute personne ayant déposé un caveat qui a un droit sur le produit de la vente visé au paragraphe (4) peut se faire entendre lors de la taxation des comptes du shérif.

  • Note marginale :Révision

    (7) La Cour peut, sur requête, réviser la taxation des comptes du shérif.

 
Date de modification :