Loi sur le Centre de recherches pour le développement international (L.R.C. (1985), ch. I-19)

Loi à jour 2019-06-20; dernière modification 2012-06-29 Versions antérieures

Loi sur le Centre de recherches pour le développement international

L.R.C. (1985), ch. I-19

Loi portant création du Centre de recherches pour le développement international

Titre abrégé

Note marginale :Titre abrégé

 Loi sur le Centre de recherches pour le développement international.

  • S.R., ch. 21(1er suppl.), art. 1

Définitions

Note marginale :Définitions

 Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente loi.

Centre

Centre Le Centre de recherches pour le développement international créé par l’article 3. (Centre)

Conseil

Conseil Le Conseil des gouverneurs du Centre. (Board)

gouverneur

gouverneur Membre du Conseil. (governor)

ministre

ministre Le membre du Conseil privé de la Reine pour le Canada chargé par le gouverneur en conseil de l’application de la présente loi. (Minister)

président

président Le président du Centre. (President)

recherches

recherches Toute forme d’investigation ou d’expérimentation scientifique ou technique entreprise ou menée en vue d’agrandir le champ des connaissances actuelles ou de tirer parti de celles-ci, par de nouveaux modes d’utilisation, dans la solution des problèmes économiques et sociaux. (research)

sciences

sciences Les sciences naturelles et les sciences sociales. (science)

  • L.R. (1985), ch. I-19, art. 2
  • 2010, ch. 12, art. 1746(A)

Mise en place

Note marginale :Création

 Est créé le Centre de recherches pour le développement international, doté de la personnalité morale et constitué d’un conseil des gouverneurs comprenant, outre son propre président, celui du Centre et au plus douze autres gouverneurs.

  • L.R. (1985), ch. I-19, art. 3
  • 2010, ch. 12, art. 1747
  • 2012, ch. 19, art. 427

Mission et pouvoirs

Note marginale :Mission

  •  (1) Le Centre a pour mission de lancer, d’encourager, d’appuyer et de mener des recherches sur les problèmes des régions du monde en voie de développement et sur la mise en oeuvre des connaissances scientifiques, techniques et autres en vue du progrès économique et social de ces régions. À cette fin, il doit notamment chercher à :

    • a) faire appel à des spécialistes et techniciens en sciences naturelles et sociales, tant du Canada que de l’étranger;

    • b) aider ces régions à se doter du potentiel — en personnel et institutions — de recherche scientifique et d’innovation technique nécessaire à la solution de leurs problèmes;

    • c) de manière générale, encourager la coordination de la recherche pour le développement international;

    • d) promouvoir, en matière de recherche sur les problèmes de développement, la coopération — à leur avantage mutuel — entre les régions développées et celles en voie de développement.

  • Note marginale :Pouvoirs

    (2) Dans l’exécution de sa mission, le Centre peut notamment, tant au Canada qu’à l’étranger :

    • a) créer, assister ou exploiter des centres d’information et de documentation et des installations à vocation de recherche ou autre;

    • b) lancer des travaux de recherche et de développement technique, y compris la mise sur pied et le fonctionnement d’établissements ou de projets pilotes, et en poursuivre la réalisation jusqu’au stade de l’application;

    • c) appuyer, financièrement ou d’autre façon, la recherche entreprise par des gouvernements, des organismes internationaux, publics ou privés ou des particuliers;

    • d) conclure des contrats ou des accords avec des gouvernements, des organismes internationaux, publics ou privés ou des particuliers;

    • e) reconnaître, par les moyens qu’il juge appropriés, les contributions marquantes des organismes internationaux, publics ou privés ou des particuliers en matière de développement international, ainsi que publier et diffuser de toute autre manière l’information scientifique, technique ou autre;

    • f) parrainer ou appuyer des conférences, des séminaires et autres réunions;

    • g) acquérir et détenir des biens immeubles ou un droit sur ceux-ci, et les aliéner à son gré;

    • h) par don, legs ou autre forme de libéralités, acquérir des biens, notamment sous forme d’argent ou de valeurs mobilières, et les détenir, employer, gérer ou aliéner sous réserve des conditions dont sont assorties ces libéralités;

    • i) utiliser, dans le cadre de la présente loi, les crédits qui lui sont affectés par le Parlement et les recettes provenant de ses activités;

    • j) prendre toute autre mesure utile à cette fin ainsi qu’à l’exercice de ses attributions.

  • S.R., ch. 21(1er suppl.), art. 4

Organisation et fonctionnement

Note marginale :Nomination du président du Conseil

  •  (1) Le président du Conseil est nommé à titre amovible par le gouverneur en conseil pour un mandat d’une durée maximale de cinq ans.

  • Note marginale :Nomination du président

    (2) Le premier président est nommé à titre amovible par le gouverneur en conseil pour un mandat d’une durée maximale de cinq ans; les nominations suivantes se font dans les mêmes conditions mais sur la recommandation du Conseil.

  • Note marginale :Autres gouverneurs

    (3) Les autres gouverneurs sont nommés à titre amovible par le gouverneur en conseil pour des mandats respectifs de quatre ans au plus, ces mandats étant, dans la mesure du possible, échelonnés de manière que leur expiration au cours d’une même année touche moins de la moitié des gouverneurs.

  • Note marginale :Reconduction du mandat

    (4) Le mandat des gouverneurs peut être reconduit, à des fonctions identiques ou non.

  • L.R. (1985), ch. I-19, art. 5
  • 2010, ch. 12, art. 1748(A) et 1753(A)

Note marginale :Vice-président du Conseil

  •  (1) Le Conseil choisit son vice-président en son sein.

  • Note marginale :Intérim du président du Conseil

    (2) En cas d’absence ou d’empêchement du président du Conseil ou de vacance de son poste, la présidence du Conseil est assumée par le vice-président.

  • L.R. (1985), ch. I-19, art. 6
  • 2010, ch. 12, art. 1749(A)

Note marginale :Président

  •  (1) Le président est le premier dirigeant du Centre; à ce titre, il en assure la direction et contrôle la gestion de son personnel.

  • Note marginale :Intérim du président

    (2) En cas d’absence ou d’empêchement du président ou de vacance de son poste, le Conseil peut autoriser un cadre supérieur du Centre à assurer la présidence, sous réserve toutefois de l’approbation du gouverneur en conseil lorsque l’intérim dépasse soixante jours.

  • S.R., ch. 21(1er suppl.), art. 7

Note marginale :Empêchement d’un gouverneur

  •  (1) En cas d’empêchement d’un gouverneur autre que l’un des deux présidents, le gouverneur en conseil peut, selon les modalités qu’il fixe, nommer un suppléant.

  • Note marginale :Vacance

    (2) En cas de vacance d’un poste de gouverneur avant l’expiration normale du mandat, le gouverneur en conseil peut nommer une personne à ce poste pour la durée restant à courir.

  • L.R. (1985), ch. I-19, art. 8
  • 2010, ch. 12, art. 1753(A)
  • 2012, ch. 19, art. 428(A)

Note marginale :Rémunération et indemnités

 Les gouverneurs perçoivent la rémunération et les indemnités fixées par le gouverneur en conseil.

  • S.R., ch. 21(1er suppl.), art. 9

Note marginale :Majorité des gouverneurs

  •  (1) Le président, le vice-président du Conseil et au moins six autres des gouverneurs doivent être des citoyens canadiens.

  • Note marginale :Qualités requises

    (2) Au moins huit des gouverneurs ont soit de l’expérience dans le domaine du développement international ou celui des sciences naturelles, des sciences sociales ou de la technologie, soit une formation dans le second domaine.

  • Note marginale :Gouverneurs membres du Parlement

    (3) À l’exception des président et vice-président du Conseil, deux des gouverneurs qui sont des citoyens canadiens peuvent être choisis parmi les membres du Sénat et de la Chambre des communes.

  • Note marginale :Indemnités

    (4) Les parlementaires nommés gouverneurs ne reçoivent aucune rémunération mais ont droit au remboursement de leurs frais. Le fait de percevoir des indemnités à ce titre n’entraîne toutefois aucune incompatibilité pour les députés en ce qui concerne leur éligibilité ou leur droit de siéger ou de voter à la Chambre des communes.

  • L.R. (1985), ch. I-19, art. 10
  • 2010, ch. 12, art. 1750
  • 2012, ch. 19, art. 429
 
Date de modification :