Government of Canada / Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Recherche

Règlement sur les subventions au développement régional (C.R.C., ch. 1386)

Règlement à jour 2020-07-15

Paiement des subventions au développement (suite)

  •  (1) Le montant à valoir sur la subvention au développement que le ministre doit verser conformément à l’article 10 de la Loi, lorsqu’il est convaincu que l’établissement a été mis en exploitation commerciale, ne doit pas dépasser 80 pour cent du montant global de la subvention au développement calculé sans tenir compte du coût d’immobilisation approuvé d’un actif admissible qui n’est pas utilisé dans l’entreprise à ce moment.

  • (2) Sous réserve du paragraphe (3), lorsque

    • a) au cours des 30 mois qui suivent la date de la mise en exploitation commerciale d’un établissement à l’égard duquel une subvention au développement est fondée uniquement sur le coût d’immobilisation approuvé, ou

    • b) au cours des 42 mois qui suivent la mise en exploitation commerciale d’un établissement à l’égard duquel une subvention au développement est fondée partiellement sur le nombre d’emplois créés dans l’entreprise,

    le ministre est convaincu que 80 pour cent de la subvention au développement dépassera d’au moins 25 pour cent le montant du versement fait en conformité du paragraphe (1), il peut verser au requérant un ou plusieurs montants supplémentaires, à valoir sur la subvention au développement.

  • (3) La somme de tous les versements, à valoir sur la subvention au développement à un établissement, faits

    • a) dans les 24 mois qui suivent la date de la mise en exploitation commerciale, dans le cas d’un établissement à l’égard duquel la subvention au développement est fondée uniquement sur le coût d’immobilisation approuvé, ou

    • b) dans les 36 mois qui suivent la date de la mise en exploitation commerciale, dans le cas d’un établissement à l’égard duquel la subvention au développement est fondée partiellement sur le nombre d’emplois créés dans l’entreprise,

    ne doit pas dépasser 80 pour cent de la subvention au développement que le ministre estime qu’il versera à l’expiration de ces délais.

Régions

  •  (1) Le ministre ne peut autoriser l’octroi d’une subvention principale ou secondaire au développement ni d’une subvention spéciale au développement à l’égard d’un établissement situé dans la région désignée aux termes de l’ordonnance dite Région désignée — ordonnance 1970-1Note de bas de page 1.

  • (2) Le ministre ne peut autoriser l’octroi d’une subvention spéciale au développement à l’égard d’un établissement situé dans une région désignée aux termes du Désert désignant les régions admissibles aux subventions au développement régional, 1974, et qui se trouve dans la province de Québec, d’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan, d’Alberta ou de la Colombie-Britannique.

Garantie de prêts

 Le ministre peut autoriser la garantie d’un prêt pour l’implantation, dans les zones englobées par

d’un établissement commercial qui fournit des services commerciaux de l’une ou de plusieurs des catégories suivantes :

 Le ministre n’autorise la garantie d’un prêt à l’égard d’un établissement commercial que s’il est d’avis que le coût total d’immobilisation de l’établissement dépassera

  • a) 2 500 000 $, si l’établissement est situé dans la région métropolitaine de Montréal;

  • b) 500 000 $, si l’établissement est situé dans la région métropolitaine de Winnipeg ou de la ville de Québec; ou

  • c) 250 000 $, si l’établissement est situé à tout autre endroit dans les régions prescrites par l’article 22.

  •  (1) La garantie d’un prêt ne doit pas dépasser 90 pour cent du montant total des avances faites par le prêteur à l’emprunteur, y compris les intérêts.

  • (2) Le ministre ne doit pas autoriser la garantie d’un prêt à moins d’être convaincu que les modalités et conditions du prêt sont conformes aux pratiques commerciales normales en ce qui concerne

    • a) la garantie fournie à l’égard du prêt; et

    • b) les circonstances dans lesquelles l’emprunteur doit être considéré en défaut.

  •  (1) La garantie d’un prêt est assujettie à la condition que le prêteur présente au ministre, semi-annuellement ou à des intervalles plus courts qui peuvent être stipulées dans la convention de garantie du prêt, un rapport donnant les précisions suivantes :

    • a) la date et le montant de toute avance faite au titre du prêt;

    • b) la date et le montant de tout versement reçu à valoir sur le principal ou l’intérêt du prêt;

    • c) tout montant dû le dernier jour de chaque mois de la période comprise dans le rapport; et

    • d) le montant et le genre d’assurance prise à l’égard de l’établissement ou de l’établissement commercial.

  • (2) La garantie croissante d’un prêt est assujettie à la condition que le prêteur paye au receveur général, au moment de la présentation de son rapport au ministre conformément au paragraphe (1), un droit de garantie de deux pour cent par an, calculé en fonction de la partie garantie du prêt, non remboursée au dernier jour de chaque mois de la période visée par le rapport.

  • (3) Toute garantie à risques partagés est assujettie à la condition que le prêteur paye au receveur général, au moment de la présentation de son rapport au ministre conformément au paragraphe (1),

    • a) lorsque le pourcentage garanti n’est pas supérieur à 50 pour cent du prêt, un droit de garantie de un pour cent par an calculé en fonction de la partie garantie du prêt, non remboursée au dernier jour de chaque mois de la période visée par le rapport; et

    • b) lorsque le pourcentage garanti est supérieur à 50 pour cent du prêt, un droit de garantie

      • (i) de un pour cent par an, calculé en fonction des premiers 50 pour cent de la partie garantie du prêt, non remboursée au dernier jour de chaque mois de la période visée par le rapport,

      • (ii) de deux pour cent du pourcentage garanti qui dépasse 50 pour cent mais non 70 pour cent de la partie garantie du prêt, non remboursée au dernier jour de chaque mois de la période visée par le rapport, et

      • (iii) de trois pour cent du pourcentage garanti qui dépasse 70 pour cent de la partie garantie du prêt, non remboursée au dernier jour de chaque mois de la période visée par le rapport.

  • (4) Aux fins du présent article,

    garantie croissante d’un prêt

    garantie croissante d’un prêt désigne une garantie aux termes de laquelle, lorsqu’il y a défaut de paiement, le prêteur est en droit d’affecter en priorité le produit réalisé de la caution au paiement de la partie du prêt qui n’est pas remboursée et qui n’est pas garantie par Sa Majesté; (incremental loan guarantee)

    garantie d’un prêt à risques partagés

    garantie d’un prêt à risques partagés désigne une garantie aux termes de laquelle, lorsqu’il y a défaut de paiement, le prêteur doit, avant que la responsabilité de la Couronne ne soit déterminée, affecter le produit réalisé par la caution au paiement du prêt. (shared-risk loan guarantee)

 Une convention de garantie d’un prêt doit contenir des dispositions concernant :

  • a) l’avis à donner au ministre lorsque l’emprunteur est en défaut;

  • b) les modalités et conditions selon lesquelles la garantie du prêt peut être invoquée;

  • c) la façon selon laquelle le prêteur peut prendre possession de tout actif de l’emprunteur ou le saisir;

  • d) la disposition ou l’administration de l’actif pris ou saisi;

  • e) les paiements que le prêteur doit faire au receveur général lors de la disposition ou de l’administration de l’actif pris ou saisi; et

  • f) toutes autres modalités et conditions que le ministre juge appropriées.

 
Date de modification :